Conduire de nuit: des solutions simples pour éviter les accidents.

Hô Chi Minh Ville depuis Roissy 1
Hô-Chi-Minh-Ville depuis Roissy
04/11/2018
Naples depuis Roissy CDG
Naples depuis Roissy CDG.
04/25/2018
conduire de nuit

conduire de nuit

Conduire de nuit: des solutions simples pour éviter les accidents.

Les français conduisent assez peu de nuit. En effet, la conduite de nuit représente moins de 10% des kilomètres parcourus. C’est néanmoins le moment le plus meurtrier de la journée, impliqué dans presque la moitié des décès sur la route. Cela est dû à plusieurs facteurs: mauvaise visibilité, fatigue, illusions visuelles… Nous allons vous donner quelques conseils afin d’être prêt à conduire de nuit.

Le crépuscule pire que la nuit.

La tombée de la nuit est le moment le plus fatiguant pour l’oeil. La diminution progressive de la lumière en plus de l’attention nécessaire à la conduite est un facteur à ne pas négliger. Pour s’adapter, l’oeil et le cerveau consomme ainsi beaucoup d’énergie afin de s’adapter, ce qui n’augure rien de bon pour la suite du trajet nocturne. La nuit noire est beaucoup moins gênante pour l’oeil, si ce n’est l’alternance entre lumière à l’intérieur du véhicule et obscurité à l’extérieur. Néanmoins, la fatigue ainsi générée pendant le crépuscule peut vous gêner lors de la conduite de nuit, et accentuer les risques d’accident. C’est pourquoi il est recommandé de privilégier la nuit noire pour votre départ, plutôt que de partir plus tôt et de subir la tombée du jour.

De nombreux facteurs d’accidents.

La nuit vous demande plus d’attention et de vigilance. Evidemment, le manque de lumière joue un rôle important. Le champ visuel est grandement réduit, et se limite parfois à la portée des phares sur une route mal éclairée. La perception visuelle est fortement diminuée, l’obscurité englobant la majorité de l’espace. Il est difficile de discerner ce qui se passe dans le noir depuis l’intérieur de son véhicule. De plus, les contrastes sont atténués, et quelque chose de sombre ou de foncé vous est presque invisible de nuit.

Le sens du relief est très différent, et un virage peut jaillir de l’obscurité au dernier moment alors que la route semblait droite. Autre facteur aggravant, les autres lumières sur la route deviennent éblouissantes. Les feux d’un autre véhicule, un lampadaire, un panneau, tout peut agresser votre oeil à la sortie du noir complet. Ces différents facteurs sont souvent les causes d’accidents de la route, souvent mineurs mais parfois très graves. La somnolence est elle aussi une cause majeure d’accident grave. Ses premiers signes, yeux qui piquent, paupières lourdes… doivent être pris au sérieux.

Des solutions simples et efficaces.

Un état parfait du véhicule est nécessaire pour prendre la route de nuit. Des feux fonctionnels sont bien sûr indispensables. Les feux de croisement doivent éclairer la route sur 45 à 74 mètres, et les feux de route de 90 à 150 mètres. En dessous de cette distance, la visibilité est mauvaise pour le conducteur et le véhicule est moins visible pour les autres. Au dessus de cette distance, les feux peuvent grandement gêner la visibilité des autres conducteurs en les éblouissant.

Assurez vous du bon fonctionnement de vos feux avant de prendre la route, pour votre sécurité et celle des autres conducteurs. De nuit, réduisez votre vitesse tout en augmentant les distances de sécurité entre vous et le véhicule d’en face. Aussi simple que cela puisse paraître, c’est une des solutions les plus efficaces pour vous éviter les accidents. Afin d’éviter d’être ébloui, ne fixez pas les feux des véhicules, et mettez votre rétroviseur en position nuit. Cela peut aussi perturber votre notion de la distance et du positionnement des autres véhicules, mais vous évitera d’être aveuglé par les phares.

Méfiez vous des bas-côtés, ou des piétons et cyclistes peuvent circuler cachés par l’obscurité. Enfin, faites des pauses encore plus régulières que lors d’un trajet de jour. Conduire de nuit fatigue plus les sens, et requiert ainsi plus de temps pour récupérer. Dès les premiers signes de fatigue, arrêtez vous. Rien ne sert de tenter le diable. Reposez vous dans un endroit sûr et profitez du paysage nocturne avant de repartir.

Eviter les départs de nuit, la solution la plus simple.

Conduire de nuit est ainsi une corvée pour beaucoup de conducteur. Si vous partez en vacances depuis l’aéroport de Roissy, il existe un parking pratique et pas cher pour prendre en charge votre véhicule.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *